Projet « High Connectivity via 5G » : où sont nos priorités ? – Conseil de Métropole du 8 décembre 2022 – Hélène Cabanes

A l’heure où l’on demande à tous les habitant.e.s de faire des économies d’énergie, à l’heure où le réseau RTE incite les collectivités à anticiper dans le cas où il y aurait des coupures d’électricité cet hiver, la présente délibération est totalement inopportune… En effet, le projet « Hi5 », d’une durée de 3 ans pour un budget total de plus de 4 millions d’euros vise à développer le réseau 5G sur le territoire de Toulouse Métropole. Sous couvert de faciliter le travail des services métropolitains et municipaux, vous imposez le réseau 5G à notre collectivité. Or, nous savons d’ores et déjà que la technologie 5G va avoir au moins 4 conséquences néfastes :

– Une augmentation de la consommation électrique, via le développement de nombreux gadgets connectés. Une fois la 5G déployée en France, ce n’est pas moins de 2% d’augmentation de la consommation électrique à l’échelle nationale qui est évoquée. L’exemple de la Chine est intéressant où le passage à la 5G a engendré une consommation électrique des réseaux de téléphonie trois fois plus grande avec la 5G qu’avec la seule 4G, du fait de l’augmentation du trafic et de l’empilement des technologies

– Une augmentation de la collecte des données personnelles des usagers et utilisable par les géants du numérique pour cibler les consommateurs et augmenter les ventes ;

– La poursuite de l’épuisement de ressources non renouvelables (eau, énergies fossiles, terres rares) et une pollution accrue due à la fabrication des équipements du réseau et de tous les nouveaux terminaux numériques (smartphones, objets connectés, bornes et antennes-relais, etc.), qui engendrera une accumulation de déchets électroniques polluants et peu recyclés.

– On estime qu’en 2025, la part de la production de gaz à effet de serre du fait des activités numériques atteindra 5,5%, contre 2,2% en 2010.

En résumé, l’utilité réelle de cette technologie pour le quotidien des citoyennes et citoyens est loin d’être évidente, alors que les effets négatifs sont déjà clairement identifiés. Notre rôle, en tant qu’élu.e.s de cette collectivité est de nous assurer que nos habitantes et habitants puissent avoir accès aux besoins primaires : manger, boire de l’eau de qualité, se loger, s’éduquer et se cultiver, voilà les priorités qui ne sont pas toujours comblées, alors nous ne pensons pas que le réseau 5G soit la priorité, compte tenu de l’état actuel du monde. Nous voterons contre cette délibération.